Je suis aidant : A quelles aides ai-je droit ?

Le 21 septembre, c’était la journée mondiale Alzheimer… Et aujourd’hui, 6 octobre, est la journée nationale des aidants (Voir les manifestations sur le site de l’association). L’occasion de rappeler que les aidants (proches, familles, aidant un patient) ont souvent du mal à trouver de l’information : Quelles sont les aides ? Comment puis-je m’en sortir financièrement ? Dans quel cadre puis-je percevoir ces aides ?

Loin d’être exhaustifs, nous pensons qu’il est de notre rôle de vous aider à vous y retrouver dans cette jungle. En effet, être aidant peut aussi poser des difficultés financières temporaires.

Proche Aidant : Définition

« Personne qui s’occupe d’un membre de son entourage handicapé ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité »

Congé de proche aidant : Où en sommes-nous ?

Afin de s’occuper d’un proche handicapé ou d’une personne ayant perdu son autonomie de façon grave, vous pouvez solliciter un congé de proche aidant. La loi n° 2019-1446 du 24 décembre 2019 de financement de la sécurité sociale pour 2020 prévoit l’indemnisation du congé de proche aidant. 

Depuis 2017, cela remplace le congé de soutien familial. Ainsi, vous pouvez cesser votre activité professionnelle, de façon temporaire, afin de prendre ce congé. Ce congé peut-être d’une durée variable. En effet, si vous bénéficiez d’un accord de branche ou d’entreprise, il faut vous y référer pour connaître les modalités. Sinon, les convenances habituelles prévoient 3 mois de congés. La personne à aider doit résider en France et entrer dans l’un des critères suivants :

  • La personne avec qui le salarié vit en couple,

  • Son ascendant, son descendant, l’enfant dont elle assume la charge (au sens des prestations familiales) ou son collatéral jusqu’au 4e degré (frère, sœur, tante, oncle, cousin(e) germain(e), neveu, nièce…),

  • L’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au 4e degré de la personne avec laquelle le salarié vit en couple,

  • Une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables. Personne à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente. Le salarié intervient à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

Il suffit de faire un courrier à son employeur pour solliciter ce congé. Cependant, un certain nombre de justificatifs (lien de parenté, certificat médical, copie de la décision justifiant du taux d’incapacité supérieur à 80%) seront nécessaires. De plus, il faut prévoir un préavis d’un mois pour prétendre à ce congé, sauf en cas d’urgence. Les urgences : aggravation soudaine de l’état de santé de votre proche; avec certificat médical; ou arrêt brutal de l’hébergement du proche aidé qui nécessite ce congé.

Le don de jour de repos / congés

Congé pour les proches aidants

 Don de jours de repos : un salarié (ou un agent de la fonction publique) peut renoncer à tout ou partie de ses propres jours de repos non pris; au profit d’un collègue parent d’un enfant malade ou aidant familial. Ce don est anonyme et sans contrepartie ! Imaginez si chaque personne donnait ne serait-ce qu’une journée à un collègue aidant ? Attention, ce don de jours ne peut se faire que si vous êtes dans la même administration ou établissement (pour la fonction publique) ou dans la même entreprise pour le privé.

Par ailleurs, si vous êtes aidant, vous pouvez demander à bénéficier d’un don de jours de repos en écrivant à votre RH. Il faudra joindre un certificat médical qui atteste de la situation de la personne à aider. De plus, il faudra également une attestation sur l’honneur qui détaille l’aide effective que vous allez fournir.

L’aide est plafonnée à 90 jours par an et par personne aidée. Mais ces jours peuvent être fractionnés.

Cas de la Fonction Publique : Le compte épargne temps

Le CET (Compte Epargne Temps) permet de conserver des jours de congés ou des RTT pendant plusieurs années. Ce compte est ouvert à la demande de l’agent titulaire ou contractuel (pas stagiaire). Les jours ainsi épargnés pourront être utilisés de diverse façon dont un congé de proche aidant ! L’indemnisation de ces jours se fera selon une grille en fonction de votre catégorie (A, B ou C). Il y sera imputé CSG et CRDS avant de vous être versée.

Et financièrement, est-ce indemnisé ?

Vous ne pouvez pas exercer une autre activité professionnelle pendant le congé de proche aidant. Par contre, vous pouvez vous faire salarier de la personne aidée. En effet, elle perçoit l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) ou la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) qui permet de vous rémunérer (un peu) en tant que salarié. C’est une notion importante car le congé en question ne sera pas payé par l’employeur !

L’autre possibilité est de fractionner ce congé en prenant un temps partiel (en arrangement avec l’employeur) ce qui permet de conserver une rémunération.

A partir de ce mois-ci (octobre 2020), le congé du proche aidant va être (enfin) indemnisé ! Le montant prévu est de 43 € par jour pour les personnes en couple, et 52 € par jour pour les personnes seules. C’est la CAF qui s’occupera du versement.

Prendre un congé d’aidants est une décision humaine lourde : Il faut être prêt à passer du temps avec son proche en difficulté, et de réaliser des tâches que l’on ne ferait pas autrement. Attention car cela change le regard que vous porterez à ce proche, et cela peut changer votre relation.

Il est normal d’hésiter à prendre ce congé pour ces raisons là, mais également pour des raisons financières. L’indemnisation et le salaire versé ne sera sans doute pas à la hauteur de ce que vous gagnez aujourd’hui. Vous pourriez hésiter à prendre ce congé par peur de ne pas pouvoir faire face à vos charges financières personnelles : prêt immobilier, crédit à la consommation,… Nous pouvons étudier de regrouper vos crédits afin d’alléger les mensualités existantes…

Le droit au répit pour les aidants

En complément de tout cela, depuis décembre 2015, vous avez un « droit au répit » au travers d’une aide de 500 € par an. Cette aide vous permet de financer une aide-ménagère à domicile pour votre proche aidé. Le but est de vous soulager un peu de votre situation d’aidant. Il faut pour pouvoir en bénéficie que l’aidé perçoive l’APA (l’allocation personnalisée d’autonomie)

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn